Anatomie de l'oreille interne

Sinusite

L'oreille interne, située dans l'épaisseur de la pyramide, entre la cavité tympanique et le conduit auditif interne, est constituée du vestibule, de 3 canaux semi-circulaires et de la cochlée. Dans le labyrinthe osseux, répétant principalement sa forme, le labyrinthe membraneux est placé, fait d'endolymphe; l'espace entre les parois de la capsule osseuse et le labyrinthe membraneux est fait de périlymphe. L'espace périlym-phatique communique avec la cavité crânienne à travers l'aqueduc cochléaire, qui s'ouvre dans l'espace sous-arachnoïdien à l'arrière de la pyramide.

Le vestibule est occupé par la partie médiane du labyrinthe; sur la paroi arrière de celui-ci, il y a 2 rainures dans lesquelles se trouvent des formations membraneuses: sacculus et utriculus, reliés les uns aux autres au moyen d'un canal endolymphatique, qui traverse l'alimentation en eau du vestibule et se termine par un sac aveugle (saccus endolymphaticus) sur la surface arrière de la pyramide. Sur la paroi latérale du vestibule, il y a une fenêtre ovale menant à la cavité tympanique. Devant le vestibule se trouve une cochlée dont le canal est relié au sac vestibulaire par un tubule spécial (ductus reuniens); postérieur au vestibule, il y a 3 canaux semi-circulaires, et les canaux membraneux qui y sont enfermés s'écoulent dans l'utricule.

La cochlée est située presque dans un plan horizontal, avec son sommet à la trompe d'Eustache, base dans le conduit auditif interne. Elle forme 2,5 spirales autour de l'axe osseux (modiolus), qui à son tour est enroulé en spirale autour d'une fine plaque osseuse (lamina spiralis). Deux membranes s'étendent du bord libre de la plaque en spirale: la membrane inférieure est la membrane principale (mem brana basilaris) et la supérieure est la membrane de Reisner. (Les désignations "supérieur" et "inférieur" sont pris avec la position verticale de l'escargot). Ces membranes divergent en angle et, se reliant à la paroi opposée de la cochlée, forment son canal membraneux, qui représente généralement un passage en spirale, se terminant aveuglément au sommet de la cochlée. Au-dessus du passage cochléaire, entre la membrane Reisner et la paroi de la cochlée, un escalier vestibulaire (scala vestibuli) est placé, et vers le bas, entre la membrane principale et la paroi de la cochlée, se trouve un escalier tympanique (scala tympani).

Les deux échelles représentent, comme le canal membraneux d'un escargot, des passages en spirale communiquant entre eux au sommet de la cochlée à travers un trou spécial (helicotrema). Espace sous-arachnoïdien. Le passage cochléaire est fait par endolymphe, les deux escaliers - par périlymphe. Dans le canal membraneux de la cochlée, sur la membrane principale, est placé l'appareil périphérique terminal de la branche cochléaire du nerf auditif - l'organe de Corti, qui a une structure très complexe. Directement sur la membrane principale, les cellules colonnaires sont situées sur 2 rangées qui, en contact les unes avec les autres avec leurs extrémités supérieures, forment un tunnel.

Anatomie de l'oreille en trois tranches.
Oreille externe: 1 - oreillette; 2 - conduit auditif externe; 3 - membrane tympanique.
Oreille moyenne: 4 - cavité tympanique; 5 - tube auditif.
Oreille interne: 6 et 7 - labyrinthe avec le conduit auditif interne et le nerf cochléaire vestibulaire; 8 - artère carotide interne;
9 - le cartilage du tube auditif; 10 muscles soulevant le rideau palatin;
11 - muscle tendant le rideau palatin; 12 - Muscle qui sollicite le tympan (muscle Toynbee).

À l'intérieur et à l'extérieur des cellules cylindriques, des cellules poilues auditives sont placées et entre elles se trouvent des cellules de Deiters en forme de bouteille, séparant les cellules auditives avec leurs processus. Des deux côtés des cellules spécifiques de l'organe de Corti, les cellules de soutien de Gensen et Claudius sont adjacentes. Au-dessus de l'organe de Corti se trouve, en le recouvrant, la membrane tégumentaire (membrana tectoria).

La membrane principale sur laquelle se trouve l'organe de Corti est constituée de fibres élastiques de différentes longueurs tendues comme des cordes entre la plaque osseuse en spirale et la paroi de la cochlée. Le nombre de ces fibres dépasse 20 000. Les fibres de la membrane principale sont de longueur et d'épaisseur inégales dans différentes parties de la cochlée. Courts et fins à la base, ils atteignent la plus grande longueur et épaisseur au sommet.

Derrière le vestibule, il y a 3 canaux semi-circulaires: externe, postérieur et supérieur, situés dans 3 plans différents, presque à angle droit les uns par rapport aux autres. Chaque canal a une extension à une extrémité - une ampoule, et l'autre extrémité semble lisse. Les canaux semi-circulaires supérieur et postérieur fusionnent avec leurs extrémités lisses et s'écoulent dans le vestibule avec un genou commun. Ainsi, les canaux semi-circulaires sont reliés au vestibule non pas par six, mais par cinq trous.

Dans les canaux semi-circulaires osseux, répétant exactement leur forme, il y a des canaux semi-circulaires membraneux fabriqués par endolymphe, qui ont également des extrémités ampullaires et lisses, qui se jettent dans l'utricule du vestibule.

Dans l'ampoule de chaque canal semi-circulaire est placé l'appareil terminal du nerf vestibulaire, sous la forme d'une saillie spéciale (crista acustica), formée par un neuroépithélium spécial, dont les longs poils, fusionnant les uns avec les autres, forment une brosse - une cupule. Avec tout mouvement de l'endolymphe du canal semi-circulaire, la cupule se déplace d'un côté ou de l'autre. Dans les sacs du vestibule, dans la zone des maculae utriculi et sacculi, il existe également un appareil terminal du nerf vestibulaire sous la forme d'une accumulation de cellules de soutien et ciliées, à la surface desquelles se trouvent des coussinets d'otolithes, constitués d'une masse fibreuse imprégnée de cristaux d'arragonite.

De quoi est faite l'oreille interne??

L'oreille interne est la partie la plus complexe et la plus importante de l'oreille humaine. Il est situé dans la pyramide, qui est formée par l'os temporal, adjacent à la cavité tympanique, d'un côté. L'oreille interne est un ensemble de canaux spécifiques. Ils contiennent les canaux récepteurs de l'audition et l'appareil vestibulaire. La structure de l'oreille interne est si complexe et complexe qu'elle est souvent appelée un labyrinthe..

Anatomie de l'oreille interne

L'oreille humaine se compose de l'oreille externe, moyenne et interne. L'oreille interne comprend 2 labyrinthes, appelés osseux et membraneux. Le labyrinthe membraneux est à l'intérieur et a une taille plus petite, et il répète complètement sa forme. Il y a une petite cavité entre eux, qui est remplie d'un liquide spécial (périlymphe).

Une série de petits sinus osseux qui communiquent entre eux forment le labyrinthe osseux de l'oreille interne. Il est représenté par un vestibule, 3 canaux semi-circulaires et une cochlée, qui composent respectivement 3 de ses sections. Le schéma du labyrinthe osseux suppose que la cochlée est située plus près de la cavité tympanique. La cochlée est un canal osseux en forme de spirale. La structure de l'escargot en forme et en apparence est très similaire à la maison d'un véritable escargot (c'est pourquoi il a obtenu ce nom). Ce labyrinthe osseux fait environ 2,75 tours autour de la tige, et 3 passes sont formées sur tout son trajet.

Les deux premiers ont été nommés l'escalier du vestibule et l'escalier à tambour. Ils s'ouvrent respectivement à la veille et dans la cavité tympanique. À l'intérieur, ces passages sont remplis de périlymphe. Le troisième passage à l'intérieur est rempli d'endolymphe et s'appelle le passage cochléaire. Au bas du passage se trouve l'organe-récepteur responsable de l'audition (organe de Corti).

Son anatomie comprend les Arcs de Corti, qui sont construits par des cellules qui soutiennent des cellules ciliées spéciales (Deuteris).

Les cellules ciliées sont responsables de la perception du son. L'oreille interne se compose du vestibule - la partie centrale ou médiane du labyrinthe osseux de l'oreille interne humaine. Le vestibule a la forme d'un petit ovale et est relié aux canaux semi-circulaires et à la cochlée. Il y a un passage sur la paroi latérale, qui est occupé par la plaque d'étrier. L'anatomie du vestibule comprend 2 sacs avec des dispositifs ottolite. Ils sont appelés poches elliptiques et sphériques..

En outre, la structure de l'oreille interne comprend des canaux semi-circulaires, qui sont situés derrière le vestibule et sont situés légèrement au-dessus de celui-ci. Il n'y a que 3 canaux semi-circulaires. Ce sont des passages osseux arqués dans 3 plans, qui sont mutuellement perpendiculaires.

Les 2 premiers canaux sont installés verticalement et le troisième - horizontalement. Chacun d'eux a 2 pattes spéciales, dont l'une est élargie (appelée ampoule) et l'autre est simple. Il est caractéristique qu'à la veille, ils ne coulent que dans 5 trous. Cela est dû au fait que les jambes adjacentes de différents canaux sont connectées en un seul. Chaque ampoule a un peigne à son extrémité - l'appareil final des nerfs.

Quant au labyrinthe membraneux, il comprend les compartiments périphériques des analyseurs auditifs et gravitationnels. Ses parois sont formées à l'aide d'un tissu conjonctif membraneux mince et presque transparent. À l'intérieur, la structure du labyrinthe membraneux est remplie d'endolymphe.

Dans la région des canaux semi-circulaires, le labyrinthe membraneux s'accroche au labyrinthe osseux à l'aide d'un ingénieux système de membrane. Cela garantit la stabilité du labyrinthe membraneux, même lors de mouvements brusques. C'est l'anatomie de l'oreille interne.

Le but de l'oreille interne

L'oreille interne a les fonctions importantes suivantes: auditive et vestibulaire. L'appareil vestibulaire est formé par des expansions oppolitiques et ampullaires. Des combinaisons de ceux-ci sont incluses dans la construction de l'oreille interne. La cochlée, avec l'appareil récepteur, forme l'appareil cochléaire, qui est responsable de l'audition. Les vibrations sonores passent, en contournant avec succès le conduit auditif externe, à travers le tympan, qui, en vibrant, les envoie à l'oreille moyenne. La banderole se déplace à travers une fenêtre située dans le labyrinthe osseux. Les oscillations sont transmises au seuil de la périlymphe, puis tombent dans l'escargot et le liquide qui le remplit.

Ensuite, ils atteignent la membrane principale de la cochlée et l'organe de Corti. L'organe de Corti est capable de percevoir des fluctuations allant de 16 à 20 000 par seconde. Dans celui-ci, à l'aide de cellules ciliées, ils sont transformés et transmis aux terminaisons nerveuses et déjà sous la forme d'une impulsion pénètrent dans le centre auditif du cerveau. Ce centre est situé dans les lobes temporaux. C'est ainsi qu'une personne perçoit le son..

La structure et les fonctions de l'oreille interne permettent au corps humain de s'orienter et de se déplacer dans l'espace à l'aide de l'oreille. Les canaux récepteurs de l'appareil vestibulaire en sont responsables. Le réflexe inconditionné d'une personne est le soi-disant nystagmus. Il est observé lorsque l'irritation pénètre dans les canaux semi-circulaires..

Avec le nystagmus, les pupilles commencent souvent à trembler involontairement et les globes oculaires tournent. Dans la plupart des cas, les fluctuations sont effectuées unilatéralement.

Maladies possibles

Les blessures professionnelles jouent un rôle énorme dans le développement de divers processus pathologiques dans l'oreille interne. Des bruits et des vibrations de grande intensité, de forts changements de pression atmosphérique sont des facteurs qui affectent négativement l'oreille interne. Les maladies inflammatoires sont, dans la plupart des cas, secondaires. L'anatomie de l'oreille humaine est conçue de telle manière qu'il est difficile pour les infections d'y pénétrer trop profondément. Par conséquent, l'inflammation de l'oreille interne d'une personne est souvent une complication de la maladie de l'oreille moyenne (otite moyenne purulente aiguë ou chronique).

Mais il y a des moments où l'infection provient de l'espace sous-arachnoïdien (méningococcie). Parfois, ce ne sont même pas les agents pathogènes qui entrent, mais leurs toxines. Ensuite, il y a une chance de restaurer l'audition, si la maladie est de nature purulente, le résultat est presque toujours la surdité. Des processus pathologiques dans l'oreille sont possibles avec la syphilis.

Les maladies non inflammatoires sont combinées en un groupe - la labyrinthopathie. Les maladies qui affectent l'oreille interne peuvent également survenir en cas d'irrigation sanguine insuffisante ou en cas d'hémorragie. Cela peut se produire avec une intoxication médicamenteuse (quinine, streptomycine) ou avec des changements brusques de pression (pression atmosphérique ou de l'eau lors d'une plongée en profondeur).

Avec l'âge, en raison d'une dystrophie générale, l'apport sanguin est altéré.Par conséquent, chez de nombreuses personnes âgées ou séniles, la perception sonore diminue, parfois de manière significative. Des blessures à l'oreille interne peuvent survenir lorsque les os temporaux du crâne sont fracturés. Une fracture de la pyramide affecte presque toujours des parties de l'oreille interne. Les maladies associées à l'escargot entraînent toujours une certaine perte auditive..

Parfois, les bébés ont une perte auditive dès la naissance. Les raisons sont diverses intoxications, maladies infectieuses de la mère pendant la grossesse (surtout pendant la première fois après la conception), traumatisme du fœtus pendant l'accouchement ou une prédisposition génétique. L'anatomie de l'oreille de ces enfants à la naissance se développe déjà avec des défauts, certains peuvent même manquer de composants importants de l'oreille interne.

Il existe des pathologies purement vestibulaires ou cochléaires (auditives). Cela dépend directement de la partie de l'organe interne soumise à des processus négatifs. Les pathologies cochléovestibulaires sont les plus courantes. Avec eux, il y a des troubles de l'audition et de l'équilibre..

Avec les maladies de la partie auditive de l'oreille interne, les patients se plaignent généralement d'une diminution rapide ou progressive de l'audition et des acouphènes. Avec des troubles vestibulaires, des troubles de la coordination, un nystagmus est observé.

Au moindre soupçon, vous devez contacter immédiatement un oto-rhino-laryngologiste (ORL) qui, à l'aide de diagnostics, peut déterminer les causes des symptômes apparus. Il est en son pouvoir d'examiner l'organe auditif, de déterminer les dommages et de prescrire le traitement correct..

Anatomie clinique de l'oreille interne

introduction

Anatomie clinique de l'oreille interne

Enseignant: Timoshensky V.I.

Terminé: étudiant 461 gr.

L'organe de l'audition, l'organe vestibule-cochléaire chez l'homme, a une structure complexe, perçoit les vibrations des ondes sonores.

L'organe précochléaire est divisé en trois parties: l'oreille externe, moyenne et interne. Ces parties sont étroitement liées anatomiquement et fonctionnellement. L'oreille externe et moyenne conduit les vibrations sonores vers l'oreille interne et constitue donc un appareil conducteur du son. L'oreille interne, dans laquelle se distinguent les labyrinthes osseux et membraneux, forme l'organe de l'audition et de l'équilibre.

L'oreille interne, ou labyrinthe, est située dans l'épaisseur de la pyramide osseuse temporale et se compose d'une capsule osseuse et d'une formation membraneuse incluse, qui reprend la structure du labyrinthe osseux en forme. Il y a trois sections du labyrinthe osseux:

- milieu - vestibule (vestibulum);

- avant - escargot (cochlée);

- postérieur - un système de trois canaux semi-circulaires (canalis semicircularis).

Latéralement, le labyrinthe est la paroi médiale de la cavité tympanique, dans laquelle les fenêtres du vestibule et de la face de la cochlée, bordent médialement la fosse crânienne postérieure, à laquelle il est relié au conduit auditif interne (méat acusticus internus), à l'aqueduc du vestibule (aquaeductus vestibuli) et à l'escargot.

La cochlée (cochlée) est un canal spiral osseux qui chez l'homme a environ deux tours et demi autour de la tige osseuse (modiolus), à partir de laquelle une plaque spirale osseuse (lamina spiralis ossea) part dans le canal. La cochlée en section a la forme d'un cône aplati d'une largeur de base de 9 mm et d'une hauteur de 5 mm, la longueur du canal osseux en spirale est d'environ 32 mm. La plaque spirale osseuse, avec la plaque basilaire membraneuse, qui est sa continuation, et la membrane du vestibule (Reisner) (membrana vestibuli), forment un canal indépendant (ductus cochlearis) à l'intérieur de la cochlée, qui divise le canal cochléaire en deux couloirs en spirale - supérieur et inférieur. La partie supérieure du canal est l'escalier du vestibule (scala vestibuli), la partie inférieure est l'escalier à tambour (scala tympani). Les échelles sont isolées les unes des autres partout, seulement dans la zone de l'apex de la cochlée, elles communiquent entre elles par un trou (helicotrema). L'escalier du vestibule communique avec le vestibule, l'escalier tympanique borde la cavité tympanique par la fenêtre escargot et ne communique pas avec le vestibule. À la base de la plaque en spirale se trouve un canal dans lequel se trouve le ganglion spiral de la cochlée (ganglion. Spirale cochleae) - voici les cellules du premier neurone bipolaire du tractus auditif. Le labyrinthe osseux est rempli de périlymphe, et le labyrinthe membraneux en elle est rempli d'endolymphe.

Le vestibule (vestibulum) est la partie centrale du labyrinthe, phylogénétiquement la plus ancienne. C'est une petite cavité avec deux poches à l'intérieur: sphérique (recessus sphericus) et elliptique (recessus ellipticus). Dans le premier, plus proche de la cochlée, il y a un sac sphérique (sacculus), dans le second, à côté des canaux semi-circulaires, il y a un utérus (utriculus). La partie avant du vestibule communique avec la cochlée par l'escalier du vestibule, la partie arrière avec des canaux semi-circulaires.

Canaux semi-circulaires (canalis semicircularis). Trois canaux semi-circulaires sont situés dans trois plans mutuellement perpendiculaires: latéral ou horizontal (canalis semicircularis lateralis) fait un angle de 30 ° par rapport au plan horizontal; canal vertical antérieur ou frontal (canalis semicircularis antérieur) - dans le plan frontal; le canal semi-circulaire vertical postérieur ou sagittal (canalis semicircularis posterior) est situé dans le plan sagittal. Dans chaque canal, on distingue un genou ampullaire expansé et lisse, face à la poche elliptique du vestibule. Les genoux lisses des canaux verticaux - frontaux et sagittaux - sont fusionnés en un genou commun. Ainsi, les canaux semi-circulaires sont reliés à la poche elliptique du vestibule par cinq trous. L'ampoule du canal semi-circulaire latéral s'adapte étroitement à l'aditus ad antrum, formant sa paroi médiale.

Le labyrinthe membraneux est un système fermé de cavités et de canaux, de forme, répétant essentiellement le labyrinthe osseux. L'espace entre le labyrinthe membraneux et osseux est rempli de périlymphe. Cet espace est très insignifiant dans la région des canaux semi-circulaires et s'élargit légèrement dans le vestibule et la cochlée. Le labyrinthe membraneux est suspendu à l'intérieur de l'espace périlymphatique au moyen de brins de tissu conjonctif. Les cavités du labyrinthe membraneux sont remplies d'endolymphe. La périlymphe et l'endolymphe représentent le système humoral du labyrinthe de l'oreille et sont fonctionnellement étroitement liées. Le périlymphe dans sa composition ionique ressemble au liquide céphalo-rachidien et au plasma sanguin, à l'endolymphe - liquide intracellulaire. La différence biochimique concerne principalement la teneur en ions potassium et sodium: il y a beaucoup de potassium et peu de sodium dans l'endolymphe, dans la périlymphe le rapport s'inverse. L'espace périlymphatique communique avec le sous-arachnoïdien par l'aqueduc de la cochlée, l'endolymphe est situé dans un système fermé du labyrinthe membraneux et n'a aucune communication avec les fluides cérébraux.

On pense que l'endolymphe est produite par les stries vasculaires et que sa réabsorption se produit dans le sac endolymphatique. Une production excessive d'endolymphe par les stries vasculaires et une absorption altérée peuvent entraîner une augmentation de la pression intra-labyrinthe.

Du point de vue anatomique et fonctionnel, deux appareils récepteurs se distinguent dans l'oreille interne:

- auditif, situé dans la cochlée membraneuse (ductus cochlearis);

- vestibulaire, dans les sacs du vestibule (sacculus et utriculus) et dans trois ampoules des canaux semi-circulaires membraneux.

La cochlée membraneuse, ou canal cochléaire (ductus cochlearis) est située dans la cochlée entre l'escalier du vestibule et l'escalier tympanique. En coupe transversale, le canal cochléaire a une forme triangulaire: il est formé par le vestibule, les parois tympanique et externe. La paroi supérieure fait face à l'escalier du vestibule et est formée par une fine membrane vestibulaire (membrana vestibularis) constituée de deux couches de cellules épithéliales plates.

Le bas du canal cochléaire forme une membrane basilaire qui le sépare de l'échelle tympanique. Le bord de la plaque spirale osseuse à travers la membrane basilaire est relié à la paroi opposée de la cochlée osseuse, où le ligament spiral (lig. Spirale) est situé à l'intérieur du canal cochléaire, dont la partie supérieure, riche en vaisseaux sanguins, est appelée bande vasculaire un vascularis). La membrane basilaire a un vaste réseau de vaisseaux sanguins capillaires et est une formation constituée de fibres élastiques situées transversalement, dont la longueur et l'épaisseur augmentent dans la direction allant de la boucle principale à l'apex. Sur la membrane basilaire, située en forme de spirale le long de tout le canal cochléaire, se trouve un organe en spirale (Corti) - le récepteur périphérique de l'analyseur auditif. L'organe spiral est constitué de cellules velues internes et externes neuroépithéliales, de soutien et de nutrition (Deiters, Hensen, Claudius), de cellules cylindriques externes et internes qui forment l'arc de Corti. À l'intérieur des cellules cylindriques internes, il y a une rangée de cellules ciliées internes (il y en a environ 3500); à l'extérieur des cellules cylindriques externes se trouvent environ 20 000 cellules ciliées externes. Les cellules ciliées sont liées de manière synaptique aux fibres nerveuses périphériques émanant des cellules bipolaires du ganglion spiral. Les cellules de soutien de l'organe de Corti remplissent des fonctions de soutien et trophiques. Entre les cellules de l'organe de Corti, il y a des espaces intraépithéliaux remplis d'un fluide appelé cortilymphe. Kortilymph est assez proche de la composition chimique de l'endolymphe, mais il présente également des différences significatives.

Au-dessus des cellules ciliées de l'organe de Corti se trouve la membrane tégumentaire (membrana tectoria), qui, comme la membrane basilaire, part du bord de la plaque spirale osseuse et pend sur la membrane basilaire, car son bord extérieur est libre. La membrane tégumentaire est constituée de protofibrilles avec une direction longitudinale et radiale; des poils de cellules ciliées externes neuroépithéliales y sont entrelacés. Lorsque la membrane basilaire vibre, la distance entre ces membranes change également, la tension et la compression des poils des cellules neuroépithéliales se produisent, ce qui conduit à la transformation de l'énergie mécanique des vibrations de l'étrier et des fluides de l'oreille interne en énergie d'un influx nerveux. Dans l'organe de Corti, une seule fibre nerveuse terminale convient à chaque cellule ciliée sensible, qui ne se ramifie pas vers les cellules voisines, par conséquent, la dégénérescence de la fibre nerveuse entraîne la mort de la cellule correspondante.

Il est à noter qu'il existe une innervation afférente et efférente des cellules sensibles de l'organe de Corti, réalisant un écoulement centripète et centrifuge. 95% de l'innervation afférente (centripète) tombe sur les cellules ciliées internes. A l'inverse, le flux efférent principal est dirigé vers les cellules ciliées externes.

Les canaux semi-circulaires membraneux sont situés dans les canaux osseux, répètent leur configuration, mais de plus petit diamètre, à l'exception de l'ampoule, qui remplit presque complètement les ampoules osseuses. Les canaux membraneux sont suspendus à l'endoste des parois osseuses par des cordons de tissu conjonctif dans lesquels passent les vaisseaux d'alimentation. La surface interne du canal est tapissée d'endothélium, les récepteurs de l'ampoule sont situés dans les ampoules de chacun des canaux semi-circulaires, qui sont une petite saillie circulaire - une crête (crista ampullaris), sur laquelle se trouvent des cellules réceptrices de soutien et sensibles, qui sont des récepteurs périphériques du nerf vestibulaire. Parmi les cellules ciliées réceptrices, on distingue des poils immobiles plus fins et plus courts - des stéréocils, dont le nombre atteint 50-100 sur chaque cellule sensible, et un poil mobile long et épais - kinocilium, situé à la périphérie de la surface apicale de la cellule. Les processus d'excitation de l'appareil vestibulaire sont associés à l'appareil capillaire des cellules réceptrices. Le mouvement de l'endolymphe aux accélérations angulaires vers l'ampoule ou le genou lisse du canal semi-circulaire conduit à une irritation des cellules neuroépithéliales. En particulier, on suppose qu'un changement de la distance entre les kinocils et les stéréocils conduit à une hypo- ou une hyperpolarisation, qui se traduit par une augmentation ou une diminution du flux d'impulsions de la cellule réceptrice..

À la veille du labyrinthe, il y a deux sacs membraneux - elliptiques et sphériques (utriculus et sacculus), dans la cavité desquels se trouvent les récepteurs des otolithes. Dans l'utricule, canaux semi-circulaires ouverts, le sacculus est relié par le conduit de réunion au passage cochléaire. Selon les sacs, les récepteurs sont appelés macula utriculi et macula sacculi et sont de petites élévations sur la surface interne des deux sacs, bordées de neuroépithélium. Cet appareil récepteur se compose également de cellules de soutien et sensorielles. Les poils des cellules sensibles, entrelacés à leurs extrémités, forment un réseau qui est immergé dans une masse gélatineuse contenant un grand nombre de cristaux de carbonate de calcium octaédriques. Les poils des cellules sensibles, avec les otolithes et une masse gélatineuse, forment une membrane otolithique. Parmi les poils des cellules sensibles, ainsi que dans les récepteurs ampullaires, on distingue les kinocils et les stéréocils. La pression des otolithes sur les poils des cellules sensibles, ainsi que le déplacement des poils lors des accélérations rectilignes, est le moment de la transformation de l'énergie mécanique en énergie électrique dans les cellules ciliées neuroépithéliales. Les sacs elliptiques et sphériques sont interconnectés par un mince tubule - canal utriculosacculaire, qui a une branche - un canal endolymphatique (ductus endolimphaticus). En passant par l'aqueduc du vestibule, le conduit endolymphatique sort à la surface postérieure de la pyramide et s'y termine aveuglément par un sac endolymphatique (saccus endolimphaticus), qui est une extension formée par une duplication de la dure-mère.

Ainsi, les cellules sensorielles vestibulaires sont situées dans cinq régions réceptrices: une dans chaque ampoule des trois canaux semi-circulaires et une sur deux sacs du vestibule de chaque oreille. Dans les récepteurs nerveux du vestibule et des canaux semi-circulaires, non pas une (comme dans la cochlée), mais plusieurs fibres nerveuses conviennent à chaque cellule sensible, donc la mort d'une de ces fibres n'entraîne pas la mort cellulaire.

L'apport sanguin à l'oreille interne est réalisé par l'artère labyrinthe (a. Labyrinthi), qui est une branche de l'artère basilaire (a. Basilaris) ou ses branches de l'artère cérébelleuse antérieure inférieure. Dans le conduit auditif interne, l'artère labyrinthe est divisée en trois branches: vestibulaire (a.vestibularis), vestibulaire cochléaire (a.vestibulocochlearis) et cochléaire (a.cochlearis).

Les particularités de l'approvisionnement en sang du labyrinthe sont que les branches de l'artère labyrinthe ne présentent pas d'anastomoses avec le système vasculaire de l'oreille moyenne, la membrane de Reissner est dépourvue de capillaires et, dans la zone des récepteurs ampullaires et otolithiques, le réseau capillaire sous-épithélial est en contact direct avec les cellules du neuroteel. Les vaisseaux sanguins ne sont pas adaptés aux cellules ciliées neuroépithéliales de l'organe spiral, leur nutrition est réalisée indirectement par les cellules trophiques adjacentes.

L'écoulement veineux de l'oreille interne suit trois voies: les veines de l'aqueduc cochléaire, les veines de l'aqueduc du vestibule et les veines du conduit auditif interne.

Date d'ajout: 2015-06-26; Vues: 1608; violation de copyright?

Votre avis est important pour nous! Le matériel publié a-t-il été utile? Oui | Non

Dispositif d'oreille humaine

Fondamentaux de l'anatomie auditive.

Organe d'audition

  • oreille;
  • voies auditives afférentes (principales);
  • centres auditifs dans le cerveau.

Dans l'organe de l'audition, on distingue les parties périphérique et centrale, la frontière entre laquelle se trouve l'angle cérébellopontin, c'est-à-dire l'endroit où le nerf cochléaire vestibulaire pénètre dans le tronc cérébral.

La partie périphérique de l'organe auditif comprend l'oreille externe, moyenne et interne, ainsi que la partie auditive du nerf cochléaire vestibulaire (Fig.1).

La partie centrale est représentée par les voies auditives centrales, ainsi que par les centres auditifs sous-corticaux et corticaux.

Oreille externe (auris externa)

  • oreillette;
  • conduit auditif externe.

L'oreillette est un cartilage élastique modelé avec un certain nombre d'indentations et de protubérances, recouvert de peau, à l'exception du lobe de l'oreille formé par un pli cutané. La peau adhère étroitement au cartilage sur la surface avant et un peu plus lâche sur le dos. L'oreillette est située entre l'articulation temporo-mandibulaire à l'avant et l'apophyse mastoïde de l'os temporal à l'arrière. L'oreillette est équipée d'un appareil musculaire composé d'un certain nombre de petits muscles dont la contraction chez certains individus peut provoquer le mouvement de la conque. Les différentes parties de l'oreillette et leurs noms sont illustrés à la figure 2.

Le conduit auditif externe a généralement une longueur d'environ 3 cm Distinguer entre les parties osseuses cartilagineuses externes et internes, un rétrécissement se forme à leur jonction - isthme (ce rétrécissement dans la terminologie des aides auditives s'appelle la rotation du conduit auditif externe).

Le passage externe cartilagineux a une forme sinueuse et est relié à la partie osseuse par une puissante connexion de tissu conjonctif. La partie cartilagineuse du passage est tapissée de peau avec de nombreux follicules pileux, glandes sébacées et sudoripares; ces derniers forment du cérumen et sont donc appelés glandes de soufre. Le soufre, constitué de matière sébacée et de pigment, contient également des cellules de l'épithélium kératinisant. Le cartilage du passage forme une rainure, complétée au sommet par du tissu conjonctif fibreux. Par conséquent, le conduit auditif externe est capable de se dilater dans la partie cartilagineuse lorsque l'entonnoir auriculaire est introduit. La partie osseuse est tapissée d'une peau plus fine, dépourvue de poils et de glandes, bien ajustée aux parois du passage. La lumière du passage se termine aveuglément par la membrane tympanique. Le conduit auditif externe se rétrécit en direction de la membrane tympanique, de sorte que les corps étrangers sont le plus souvent retenus au bord de ses parties cartilagineuses et osseuses. La forme du conduit auditif externe et les éléments de protection (poils, soufre) sont conçus pour protéger le tympan des blessures, des changements de température, du dessèchement, de la perte d'élasticité et d'élasticité.

L'innervation sensorielle de l'oreille externe provient du nerf trijumeau (nerf crânien V), de la grande oreille, du nerf vague (nerf crânien X) et des fibres sensorielles du nerf facial (nerf crânien VII). L'innervation avec la participation du nerf vague peut expliquer l'apparition d'un réflexe de toux en touchant la paroi arrière du conduit auditif externe.

Fonctions de l'oreille externe:

  • protecteur;
  • amplification des tonalités à haute fréquence;
  • détermination du déplacement de la source sonore dans le plan vertical;
  • localisation de la source sonore.

Oreille moyenne (auris media)

  • tympan;
  • cavité tympanique avec une chaîne d'osselets auditifs (section tympanique);
  • le tube auditif (service tubotympanique);
  • mastoïde (mastoïde).

Le tympan mesure 0,1 mm d'épaisseur, est ovale et mesure 9x11 mm. Il se compose de trois couches: cutanée, fibreuse et muqueuse. La couche cutanée est une continuation de la peau du conduit auditif externe. La couche fibreuse est constituée de faisceaux de fibres de collagène disposés de manière circulaire et radiale. Les fibres radiales sont situées autour du point central de la membrane - le nombril. Des faisceaux de fibres radiales rayonnent du nombril de la membrane tympanique vers sa périphérie, ressemblant aux rayons d'une roue. À la périphérie, ils se transforment en un anneau fibreux-cartilagineux qui fixe la coquille à l'os. Des faisceaux de fibres situés radialement sont étroitement liés à la poignée du marteau, passant dans son périoste. La poignée du marteau forme une saillie sur la membrane, qui se termine par une dépression en forme d'entonnoir - le nombril de la membrane tympanique. À partir des contours du marteau, les plis de la membrane tympanique sont dirigés vers le haut à angle presque droit, séparant la partie relâchée de la membrane, dépourvue de couche fibreuse et attachée directement à l'encoche tympanique de l'os temporal. Les 2/3 restants de la membrane tympanique sont une surface oscillante dense qui forme une partie étirée de la membrane tympanique, attachée à l'anneau fibrocartilagineux. La couche muqueuse est une continuation de la membrane muqueuse de l'oreille moyenne.

Des lignes tracées le long des contours de la poignée du marteau et perpendiculairement à celle-ci divisent la membrane tympanique en quadrants: antéro-postérieur, antéro-inférieur, postérieur inférieur et postérieur supérieur.

Le tympan est la paroi latérale de la cavité tympanique. La paroi médiale est formée par la paroi latérale du labyrinthe osseux avec saillie de la boucle principale de la cochlée - promontoire. Sur la paroi médiale, il y a deux fenêtres en labyrinthe - ovale (fenêtre du vestibule) et ronde (fenêtre cochléaire), fermées par une gaine de tissu conjonctif élastique, la soi-disant. membrane secondaire.

La cavité tympanique est une cavité remplie d'air située entre l'oreille externe et interne, dans laquelle ils se distinguent:

  • la partie supérieure est l'espace tympanique, ou grenier (epitympanum);
  • section médiane (mésotympan);
  • partie inférieure - espace concave (hypotympan).

Il y a trois osselets dans la cavité tympanique:

  • marteau partiellement fusionné avec la membrane tympanique;
  • l'enclume, relié par le corps par une articulation à la tête du marteau, et par un long processus à la tête de l'étrier;
  • étrier, qui ferme la fenêtre ovale à travers le ligament circulaire (fenêtre du vestibule).

Les osselets auditifs sont une chaîne qui relie le tympan à l'oreille interne (Fig.3).

Dans l'oreille moyenne se trouve l'appareil musculaire de la cavité tympanique, qui protège l'oreille interne des sons d'intensité excessive, et les muscles se contractent par réflexe. La plus petite intensité sonore provoquant le réflexe du muscle de l'étrier ou du muscle étirant le tympan est de 92 dB au-dessus du seuil d'audition, quelle que soit la fréquence. Le muscle qui étire le tympan est situé dans la partie supérieure du conduit auditif et son tendon est attaché à la poignée du marteau. Le muscle de l'étrier est situé sur la paroi arrière de la cavité tympanique, son tendon est attaché à la jambe arrière de l'étrier. La contraction des muscles de la cavité tympanique limite les oscillations des osselets auditifs et sollicite le tympan; la conséquence en est une atténuation du son de 15 à 20 dB.

Le tube auditif est constitué de parties cartilagineuses mobiles (2/3 de longueur) et osseuses (1/3 de longueur) suspendues à la base du crâne. La partie osseuse avec le muscle étirant la membrane tympanique forme le canal musculo-cutané de l'os temporal. L'ouverture pharyngée en forme d'entonnoir de la partie cartilagineuse du tube est située dans la partie nasale du pharynx. La partie osseuse du tube débouche dans la cavité tympanique; cette bouche est constamment ouverte. Grâce au tube auditif, la pression est égalisée entre les espaces aériens de l'oreille moyenne et la partie nasale du pharynx. L'augmentation de la pression dans la cavité tympanique est compensée passivement par le tube auditif, mais la diminution de la pression nécessite une ventilation active du côté du tube. Du côté du nasopharynx, le tube s'ouvre en raison de la contraction des muscles qui s'étirent et soulèvent le palais mou, et ce mécanisme est partiellement contrôlé par la volonté de la personne. Les réflexes tels que le bâillement, les éternuements ou la déglutition, accompagnés de l'ouverture de l'ouverture pharyngée du tube, sont sous le contrôle du système nerveux autonome et ne dépendent pas de notre volonté. Si le tube auditif fonctionne correctement, il est impossible d'écouter sa propre voix directement depuis le pharynx (soi-disant autophonie), ainsi que d'autres phénomènes sonores qui surviennent dans cette zone. Le tube auditif fonctionne également comme un canal qui draine l'oreille moyenne pendant les processus pathologiques et après une chirurgie de l'oreille.

Le processus mastoïdien (système pneumatique de l'os temporal) est représenté par de nombreuses cavités d'air reliées les unes aux autres, dont la plus grande est la grotte - l'antre. Le système pneumatique diffère d'une personne à l'autre par le degré de pneumatisation. Un système pneumatique bien développé peut s'étendre jusqu'aux écailles de l'os temporal, de l'os occipital ou de la base de l'arc zygomatique. Un processus mastoïde mal pneumatisé peut être un os dense avec des cellules uniques autour d'un petit antrum. Les cellules pneumatiques du processus mastoïde fournissent une protection thermique et acoustique à la fois à l'oreille moyenne et interne. La pneumatisation complète du processus mastoïde se produit entre 6 et 12 ans.

Oreille interne (auris interna)

Il est situé dans l'os temporal, anatomiquement représenté par un labyrinthe et est classiquement divisé en dispositifs récepteurs fonctionnellement différents:

  • organe du vestibule - vestibule et canaux semi-circulaires;
  • la partie périphérique de l'organe de l'audition - la cochlée.

Morphologiquement, en tenant compte de la structure anatomique, on distingue l'os et le labyrinthe membraneux. Le labyrinthe osseux est une membrane osseuse de densité considérable, la seule structure osseuse du corps dans laquelle le mécanisme de restructuration osseuse ne s'arrête pas. Dans la cochlée, la partie osseuse est représentée par le fuseau et le canal spiral cochléaire, qui entoure le fuseau 2,5 fois. De la broche, une plaque en spirale osseuse part, avec la membrane principale du passage cochléaire en spirale, divisant la lumière du canal à l'escalier du vestibule relié à la fenêtre ovale, et avec la membrane Reissner du passage cochléaire - à l'escalier tympanique fermé par la membrane secondaire de la fenêtre ronde (Fig.8). L'escalier à tambour et l'escalier du vestibule sont fabriqués avec un liquide appelé périlymphe, ils sont reliés au sommet de l'escargot helicotreme.

La partie membraneuse de la cochlée forme un passage cochléaire en spirale, qui en section transversale a la forme d'un triangle formé par les coquilles mentionnées: d'en bas - par la membrane principale, d'en haut - par la membrane de Reissner. Le passage cochléaire, situé entre le vestibule et l'escalier tympanique, forme le soi-disant. escalier du milieu rempli d'endolymphe. Il se termine des deux côtés avec des extrémités aveugles: en haut à côté de l'Helicotreme et en bas - au vestibule.

L'organe cochléaire de la cochlée, ou organe de Corti, est situé sur la membrane principale, avec des cellules réceptrices velues et des cellules de soutien. Les cils des cellules sensibles pénètrent dans la membrane réticulaire recouvrant l'organe enroulé. Les fibres des cellules ganglionnaires sont dirigées vers les cellules réceptrices de l'organe de Corti, dont les processus forment à leur tour le nerf auditif et atteignent les noyaux cochléaires du tronc cérébral. Les cellules des récepteurs capillaires sont classées comme internes et externes. Les cellules internes sont situées dans une rangée: chacune d'elles est connectée à une fibre afférente qui conduit le stimulus vers les centres auditifs cérébraux. Ces fibres constituent 95% de toutes les fibres afférentes du nerf auditif. Les cellules ciliées externes sont disposées en trois rangées; un certain groupe de ces cellules est alimenté par une seule fibre. Les fibres afférentes provenant des cellules ciliées externes ne représentent que 5% des fibres du nerf auditif. La contraction des cellules externes provoque le phénomène d'émission otoacoustique - signaux émanant de l'oreille interne (le plus souvent après stimulation sonore).

Anatomie de l'oreille interne

A b et rint (Fig. 4.7, a, b) est situé dans les profondeurs de la pyramide osseuse temporale. Latéralement, il borde la cavité tympanique, à laquelle les fenêtres du vestibule et de la cochlée font face, médialement sur la fosse crânienne postérieure, avec laquelle il communique par le conduit auditif interne (meatus acusticus internus), l'aqueduc de l'escargot (aquaeductus cochleae), ainsi que l'aqueduc se terminant aveuglément vestibuli).

La porte d'entrée, la partie centrale du labyrinthe, est la formation phylogénétiquement la plus ancienne, qui est une petite cavité à l'intérieur de laquelle se distinguent deux poches: sphérique (recessus sphericus) et elliptique (recessus ellipticus). Dans le premier, situé près de l'escargot, se trouve l'utérus, ou un sac sphérique (sacculus), dans le second, à côté des canaux semi-circulaires, un sac elliptique (utriculus). Sur la paroi extérieure du vestibule, il y a une fenêtre couverte du côté de la cavité tympanique par la base de l'étrier. La partie avant du vestibule communique avec la cochlée par l'escalier du vestibule, la partie arrière avec des canaux semi-circulaires.

CANAUX POLUKRUZHNY. Il y a trois canaux semi-circulaires dans trois plans mutuellement perpendiculaires: externe (canalis semicircularis lateralis), ou horizontal, est situé à un angle de 30 ° avec le plan horizontal; le front (canalis semicircularis antérieur), ou vertical frontal, est dans le plan frontal; postérieur (canalis semicircularis postérieur), ou vertical sagittal, est situé dans le plan sagittal. Chaque canal a deux genoux: lisse et élargi - ampullaire. Les genoux lisses des canaux verticaux supérieur et postérieur sont fusionnés en un genou commun (crus commune); les cinq genoux font face à la poche du vestibule elliptique.

Ul et tka est un canal spiral osseux, chez l'homme, il fait deux tours et demi autour d'une tige osseuse (modiolus), à partir de laquelle une plaque spirale osseuse (lamina spiralis ossea) s'enroule dans le canal. Cette plaque osseuse, ainsi que la plaque basilaire membraneuse (membrane principale), qui en est le prolongement, divise le canal cochléaire en deux couloirs en colimaçon: le supérieur est l'escalier du vestibule (scala vestibuli), le inférieur est l'escalier tympanique (scala tympani). Les deux échelles sont isolées l'une de l'autre et ne communiquent entre elles qu'au sommet de la cochlée par un trou (hélicotrème). L'escalier du vestibule communique avec le vestibule, l'escalier tympanique borde la cavité tympanique à travers la fenêtre escargot. Dans l'escalier barbare, près de la fenêtre de l'escargot, commence l'aqueduc de l'escargot, qui se termine au bord inférieur de la pyramide, s'ouvrant dans l'espace sous-arachnoïdien. La lumière de l'aqueduc cochléaire est généralement remplie de tissu mésenchymateux et, éventuellement, a une membrane mince, qui, apparemment, agit comme un filtre biologique qui convertit le liquide céphalo-rachidien en périlymphe. La première boucle s'appelle la "base de l'escargot" (base cochleae); il fait saillie dans la cavité tympanique, formant un promontoire.

Le premier labyrinthe (Fig. 4.7, c) est un système fermé de canaux et de cavités, qui répète essentiellement la forme du labyrinthe osseux. En termes de volume, le labyrinthe membraneux est plus petit que celui des os, donc un espace périlymphatique rempli de périlymphe se forme entre eux. Le labyrinthe membraneux est suspendu dans l'espace périlymphatique au moyen de brins de tissu conjonctif qui passent entre l'endoste du labyrinthe osseux et la gaine de tissu conjonctif du labyrinthe membraneux. Cet espace est très petit dans les canaux semi-circulaires et se dilate dans le vestibule et la cochlée. Le labyrinthe membraneux forme un espace endolymphatique, qui est anatomiquement fermé et rempli d'endolymphe.

Le périlymphe et l'endolymphe sont le système humoral du labyrinthe auriculaire; ces liquides diffèrent par leur composition électrolytique et biochimique, en particulier, l'endolymphe contient 30 fois plus de potassium que la périlymphe, et le sodium y est 10 fois moins, ce qui est essentiel dans la formation des potentiels électriques. Le périlymphe communique avec l'espace sous-arachnoïdien par l'aqueduc de l'escargot et est un liquide céphalo-rachidien modifié (principalement de composition protéique). L'endolymphe, étant dans le système fermé du labyrinthe membraneux, n'a pas de communication directe avec le liquide cérébral. Les deux fluides du labyrinthe sont fonctionnellement étroitement liés. Il est important de noter que l'endolymphe a un énorme potentiel électrique au repos positif égal à +80 mV et que les espaces périlymphatiques sont neutres. Les poils des cellules ciliées ont une charge négative de -80 mV et pénètrent dans l'endolymphe avec un potentiel de +80 mV.

Labyrinthe d'oreille

a - labyrinthe osseux: 1 - cochlée; 2 - le sommet de l'escargot; 3 - la boucle apicale de l'escargot; 4 - boucle moyenne d'un escargot; 5 - la boucle principale de l'escargot; 6, 7 - le seuil; 8 - fenêtre escargot; 9 - fenêtre du vestibule; 10 - ampoule du canal semi-circulaire postérieur; 11 - jambe horizontale: canal semi-circulaire; 12 - canal semi-circulaire postérieur; 13 - canal semi-circulaire horizontal; 14 - jambe commune; 15 - canal semi-circulaire antérieur; 16 - ampoule du canal semi-circulaire antérieur; 17 - ampoule du canal semi-circulaire horizontal, b - labyrinthe osseux (structure interne): 18 - canal spécifique; 19 - canal en spirale; 20 - plaque en spirale osseuse; 21 - échelle de tambour; 22 - escalier du vestibule; 23 - plaque en spirale secondaire; 24 - ouverture interne de l'alimentation en eau d'escargot, 25 - approfondissement d'escargot; 26 - gltney perforé inférieur; 27 - ouverture interne de l'alimentation en eau du vestibule; 28 - bouche de la yuzhka commune; 29 - poche elliptique; 30 - spot perforé supérieur.

Figure: 4.7. Continuation.

labyrinthe palmé

: 31 - mère; 32 - conduit endolymphatique; 33 - sac endolymphatique; 34 - étrier; 35 - canal utéro-sacculaire; 36 - membrane de la fenêtre escargot; 37 - approvisionnement en eau d'escargot; 38 - conduit de raccordement; 39 - sac.

Du point de vue anatomique et physiologique, on distingue deux appareils récepteurs dans l'oreille interne: l'auditif, situé dans la cochlée membraneuse (ductus cochlearis), et le vestibulaire, réunissant les sacs du vestibule (sacculus et utriculus) et trois canaux semi-circulaires membraneux.

La première étape est située dans l'échelle tympanique, c'est un canal en spirale - le canal cochléaire (ductus cochlearis) avec l'appareil récepteur situé en elle - la spirale, ou Corti, organe (organum spirale).

Structure d'escargot

a - cochlée osseuse: 1 - boucle apicale; 2 - tige; 3 - canal allongé de la tige; 4 - escalier du vestibule; 5 - échelle de tambour; 6 - plaque en spirale osseuse; 7 - canal en spirale de la cochlée; 8 - canal en spirale de la tige; 9 - conduit auditif interne; 10 - chemin en spirale perforé; 11 - ouverture de la boucle apicale; 12 - le crochet de la plaque en spirale.

équipés de capillaires, mais ils ne sont pas en contact direct avec l'endolymphe, se terminant par les couches basilaire et intermédiaire des cellules. Les cellules épithéliales de la strie vasculaire forment la paroi latérale de l'espace endocochléaire et le ligament spiral forme la paroi de l'espace périlymphatique. La paroi tympanique fait face à l'escalier tympanique et est représentée par la membrane principale (membrana basilaris), qui relie le bord de la plaque en spirale à la paroi de la capsule osseuse. Sur la membrane principale se trouve un organe en spirale - le récepteur périphérique du nerf cochléaire. La membrane elle-même possède un vaste réseau de vaisseaux sanguins capillaires. Le passage cochléaire est rempli d'endolymphe et à travers le conduit de liaison (ductus reuniens) communique avec le sac (sacculus). La membrane principale est une formation constituée d'élastiques élastiques et faiblement reliées les unes aux autres fibres situées transversalement (il y en a jusqu'à 24 OOO). La longueur de ces fibres augmente de-

Figure: 4.8. Continuation.

incision à travers la boucle principale de l'escargot

: 13 - processus centraux du ganglion spiral; 14 - ganglion spiralé; 15 - processus périphériques du ganglion spiral; 16 - capsule osseuse de l'escargot; 17 - ligament spiralé de la cochlée; 18 - rebord en spirale; 19 - canal cochléaire; 20 - rainure extérieure en spirale; 21 - membrane vestibulaire (Reissner); 22 - membrane tégumentaire; 23 - rainures internes en spirale k-; 24 - lèvre du limbe vestibulaire.

la direction de la boucle principale de l'escargot (0,15 cm) à la zone de l'apex (0,4 cm); la longueur de la membrane de la base de la cochlée à son apex est de 32 mm. La structure de la membrane principale est importante pour comprendre la physiologie de l'audition.

L'organe en spirale (squelette) se compose de cellules ciliées neuroépithéliales internes et externes, de cellules de soutien et de nutrition (Deiters, Hensen, Claudius), de cellules cylindriques externes et internes formant les arcades de Corti (Fig. 4.8, b). Un certain nombre de cellules ciliées internes (jusqu'à 3500) sont situées en dedans des cellules cylindriques internes; à l'extérieur des cellules cylindriques externes se trouvent des rangées de cellules ciliées externes (jusqu'à 20 000). Au total, les humains ont environ 30 000 cellules ciliées. Ils sont recouverts de fibres nerveuses émanant des cellules bipolaires du ganglion spiral. Les cellules de l'organe en spirale sont reliées les unes aux autres, comme on l'observe généralement dans la structure de l'épithélium. Entre eux, il y a des espaces intraépithéliaux remplis d'un fluide appelé "cortilymphe". Il est étroitement lié à l'endolymphe et en est assez proche en termes de composition chimique, mais il présente également des différences importantes, faisant, selon les données modernes, le troisième fluide intraulitique, qui détermine l'état fonctionnel des cellules sensibles. On pense que le cortilymphe remplit la fonction principale, trophique, de l'organe spiral, car il n'a pas sa propre vascularisation. Cependant, cet avis doit être pris de manière critique, car la présence d'un réseau capillaire dans la membrane basilaire permet la présence de sa propre vascularisation dans l'organe en spirale..

Au-dessus de l'organe en spirale se trouve la membrane tégumentaire (membrana tectoria) qui, comme la principale, part du bord de la plaque en spirale. La membrane tégumentaire est une plaque souple et élastique constituée de protofibrilles avec une direction longitudinale et radiale. L'élasticité de cette membrane est différente dans les directions transversale et longitudinale. Les poils des cellules ciliées neuroépithéliales (externes mais pas internes) situées sur la membrane principale pénètrent dans la membrane tégumentaire à travers le cortylymphe. Lorsque la membrane principale vibre, il se produit une tension et une compression de ces poils, moment de la transformation de l'énergie mécanique en énergie d'une impulsion nerveuse électrique. Ce processus est basé sur les potentiels électriques des liquides labyrinthiques mentionnés ci-dessus.

Premiers canaux demi-ronds et treillis et porte. Les canaux semi-circulaires membraneux sont situés dans les canaux osseux. Ils sont de plus petit diamètre et répètent leur conception, c.-à-d. ont des parties ampullaires et lisses (genoux) et sont suspendues au périoste des parois osseuses en soutenant des brins de tissu conjonctif dans lesquels passent les vaisseaux. L'exception est les ampoules des canaux membraneux, qui remplissent presque complètement les ampoules osseuses. La surface interne des canaux membraneux est tapissée d'endothélium, à l'exception des ampoules dans lesquelles se trouvent les cellules réceptrices. Sur la surface interne des ampoules, il y a une saillie circulaire - la crête (crista ampullaris), qui se compose de deux couches de cellules - des poils de soutien et sensoriels, qui sont des récepteurs périphériques du nerf vestibulaire (Fig. 4.9). De longs poils de cellules neuroépithéliales sont collés ensemble et à partir d'eux une formation se forme sous la forme d'une brosse circulaire (cupula terminalis), recouverte d'une masse gélatineuse (arc). Mécan-

La structure des récepteurs de l'otolithe (a) et ampullaire (b)

le déplacement ical de la brosse circulaire vers l'ampoule ou le genou lisse du canal membraneux à la suite du mouvement de l'endolymphe aux accélérations angulaires est une irritation des cellules neuroépithéliales, qui se transforme en une impulsion électrique et se transmet aux terminaisons des branches ampullaires du nerf vestibulaire.

À la veille du labyrinthe, il y a deux sacs membraneux - sacculus et utriculus avec un appareil otolithique intégré en eux, qui, respectivement, sont appelés macula utriculi et macula sacculi, et représentent de petites élévations sur la surface interne des deux sacs, bordées de neuroépithélium. Ce récepteur est également constitué de cellules de soutien et ciliées. Les poils des cellules sensibles, entrelacés à leurs extrémités, forment un réseau qui est immergé dans une masse gélatineuse contenant un grand nombre de cristaux sous forme de parallélépipèdes. Les cristaux sont supportés par les extrémités des poils des cellules sensibles et sont appelés otolithes, ils sont composés de phosphate et de carbonate de calcium (arragonite). Les poils des cellules ciliées, ainsi que les otolithes et la masse gélatineuse, constituent la membrane de l'otolithe. La pression des otolithes (gravité) sur les poils des cellules sensibles, ainsi que le déplacement des poils lors de l'accélération rectiligne, est le moment de transformation de l'énergie mécanique en énergie électrique.

Les deux sacs sont reliés l'un à l'autre par un mince canal (canal utriculosaccularis), qui a une branche - un canal endolymphatique (canal endolymphatique), ou l'approvisionnement en eau du vestibule. Ce dernier s'étend jusqu'à la surface postérieure de la pyramide, où il se termine aveuglément par une extension (saccus endolymphaticus) dans la duplication de la dure-mère de la fosse crânienne postérieure.

Ainsi, les cellules sensorielles vestibulaires sont situées dans cinq régions réceptrices: une dans chaque ampoule des trois canaux semi-circulaires et une sur deux sacs du vestibule de chaque oreille. Les cellules réceptrices de ces récepteurs sont approchées par les fibres périphériques (axones) des cellules du nœud vestibulaire (ganglion Scarpe), situées dans le conduit auditif interne, les fibres centrales de ces cellules (dendrites) dans la VIII paire de nerfs crâniens vont aux noyaux de la moelle oblongate.

L'apport sanguin à l'intérieur de l'oreille est effectué par l'artère labyrinthe interne (a.labyrinthi), qui est une branche basilaire (a.basilaris). Dans le conduit auditif interne, l'artère labyrinthe est divisée en trois branches: les artères vestibulaire (a.vestibularis), vestibulaire cochléaire (a.vestibulocochlearis) et cochléaire (a.cochlearis). L'écoulement veineux de l'oreille interne suit trois voies: les veines de l'aqueduc cochléaire, l'aqueduc vestibulaire et le conduit auditif interne.

In n e rv a c et je suis à l'intérieur. La section périphérique (récepteur) de l'analyseur auditif forme l'organe en spirale décrit ci-dessus. À la base de la plaque spirale osseuse de la cochlée, il y a un nœud en spirale (spirale ganglionnaire), dont chaque cellule ganglionnaire a deux processus - périphérique et central. Les processus périphériques vont aux cellules réceptrices, les processus centraux sont les fibres de la partie auditive (cochléaire) du nerf VIII (n.vestibulocochlearis). Dans la région de l'angle pontin cérébelleux, le nerf VIII entre dans le pont et au bas du quatrième ventricule est divisé en deux racines: la supérieure (vestibulaire) et la inférieure (cochléaire).

Les fibres du nerf cochléaire se terminent dans les tubercules auditifs, où se trouvent les noyaux dorsal et ventral. Ainsi, les cellules du nœud en spirale, ainsi que les processus périphériques conduisant aux cellules ciliées neuroépithéliales de l'organe spiral, et les processus centraux se terminant dans les noyaux de la moelle allongée, constituent le I de l'analyseur auditif. Le deuxième neurone de l'analyseur auditif commence à partir des noyaux auditifs ventral et dorsal de la moelle allongée. Dans ce cas, une plus petite partie des fibres de ce neurone va le long du côté du même nom, et la plupart sous la forme de stries acusticae passe du côté opposé. Dans le cadre de la boucle latérale, les fibres du neurone II atteignent l'olive, d'où

La structure de l'analyseur auditif

1 - processus périphériques des cellules ganglionnaires spirales; 2 - ganglion spiralé; 3 - les processus centraux du ganglion spiral; 4 - conduit auditif interne; 5 - noyau cochléaire antérieur; 6 - noyau cochléaire postérieur; 7 - le noyau du corps trapézoïdal; 8 - corps trapézoïdal; 9 - rayures cérébrales du ventricule IV; 10 - corps géniculé médial; 11 - noyaux des buttes inférieures du toit du mésencéphale; 12 - extrémité corticale de l'analyseur auditif; 13 - chemin tegmental-spinal; 14 - partie dorsale du pont; 15 - partie ventrale du pont; 16 - boucle latérale; 17 - patte arrière de la capsule interne.

le troisième neurone commence, allant aux noyaux du quadruple et du corps géniculé médian. Le quatrième neurone se dirige vers le lobe temporal du cerveau et se termine dans la partie corticale de l'analyseur auditif, situé principalement dans le gyri temporal transverse (gyrus de Heschl) (Figure 4.10).

L'analyseur vestibulaire est construit de la même manière.

Dans le conduit auditif interne, il y a un ganglion vestibulaire (ganglion Scarpe), dont les cellules ont deux processus. Les processus périphériques vont aux cellules ciliées neuroépithéliales des récepteurs ampullaires et otolithiques, et les processus centraux constituent la partie vestibulaire du nerf VIII (n. Cochleovestibularis). I neurone se termine dans les noyaux de la moelle allongée. Il existe quatre groupes de noyaux: noyaux latéraux

La structure de l'analyseur vestibulaire

1 - processus périphériques du ganglion vestibulaire; 2 - ganglion vestibulaire; 3 - conduit auditif interne; 4 - racine vestibulaire du nerf VIII; 5, 6, 7, 8 - noyaux vestibulaires médial supérieur, latéral et inférieur; 9 - tractus vestibulospinal; 10 - faisceau longitudinal médian; 11 - pédicule cérébelleux inférieur; 12 - le noyau de la tente; 13 - voie cérébelleuse-rouge-nucléaire et cérébelleuse-thalamique; 14 - le noyau du nerf oculomoteur; 15 - le noyau du nerf bloc; 16 - le noyau du nerf abducent; 17 - le noyau du nerf accessoire.

Deiters; Schwalbe médial, triangulaire et Bechterew angulaire supérieur, rouleau descendant. De chaque noyau vient avec un neurone d'intersection II prédominant.

Les larges capacités adaptatives de l'analyseur vestibulaire sont dues à la présence de nombreuses voies associatives du complexe vestibulaire nucléaire (Fig. 4.11). Du point de vue de l'anatomie clinique et du diagnostic des maladies, il faut noter cinq connexions des noyaux vestibulaires avec les noyaux du système nerveux central. 1. Connexions vestibulospinales, partant des noyaux latéraux, dans le tractus vestibulospinal se terminant dans les noyaux moteurs de la moelle épinière, assurant une connexion entre les récepteurs vestibulaires et le système musculaire. 2. Les connexions vestibulo-oculomotrices sont effectuées à travers le système du faisceau longitudinal postérieur: à partir des noyaux médian et descendant, il y a un chemin croisé vers les noyaux oculomoteurs et du noyau supérieur - non croisé. 3. Les connexions vestibulovégétatives vont des parties inférieures du noyau triangulaire médial aux noyaux du nerf vague, de la région diencéphalique, etc. 4. Les voies vestibulo-cérébelleuses passent dans la partie interne du pédicule cérébelleux inférieur et relient les noyaux vestibulaires aux noyaux cérébelleux. 5. Les connexions vestibulocorticales sont assurées par un système de fibres verticales allant des quatre noyaux au tubercule optique. En cassant cette dernière, ces fibres sont dirigées vers le lobe temporal du cortex cérébral, où l'analyseur vestibulaire a une représentation dispersée. Le cortex et le cervelet remplissent une fonction de régulation par rapport à l'analyseur vestibulaire.

Les caractéristiques de l'approvisionnement en sang du labyrinthe et du labyrinthe sont les suivantes: 1) les branches de l'artère labyrinthe ne présentent pas d'anastomoses; 2) la membrane du vestibule (Reissner) est dépourvue de capillaires; 3) dans la crista ampullaris des canaux semi-circulaires et des taches utriculus et sacculus, le réseau capillaire sous-épithélial est en contact direct avec l'épithélium neurosensible; 4) dans les récepteurs nerveux du vestibule et des canaux semi-circulaires, non pas une, mais plusieurs fibres nerveuses conviennent à chaque cellule sensible, donc la mort de l'une de ces fibres n'entraîne pas la mort cellulaire; 5) dans l'organe en spirale, une seule fibre nerveuse terminale convient à chaque cellule sensible, qui ne se ramifie pas vers les cellules voisines, par conséquent, la dégénérescence de la fibre nerveuse entraîne la mort de la cellule correspondante; 6) il y a une innervation afférente et efférente des cellules, i.e. innervation qui effectue un flux centripète et centrifuge. 95% de l'innervation afférente (centripète) tombe sur les cellules ciliées internes, le flux efférent principal, au contraire, est dirigé vers les cellules ciliées externes.